Chargement...

Préservation du Coran

Évaluation:

Description: Le Coran n’a pas été préservé ni transmis comme les autre textes religieux du monde. Il a été transmis principalement par mémorisation et par écrit. Cette leçon en témoigne.

Par Imam Kamil Mufti

Publié le 19 Jun 2019 - Dernière modification le 14 May 2017

Imprimé: 91 - Envoyé: 0 - Vu: 5,458 (moyenne quotidienne: 3)


Objectifs

·Reconnaître l'authenticité du Coran resté sous sa forme originale en raison de sa conservation minutieuse et sa transmission sans aucune altération.

·Consolider sa foi et sa croyance au Coran grâce aux preuves de sa préservation et de sa transmission.

Termes Arabes

·Sunnah - Le mot Sunnah a plusieurs significations selon le domaine d’étude, mais il est généralement accepté comme étant ce qui a été rapporté, fait ou approuvé par le Prophète.

Le Coran et la sunna du prophète Mohammed sont les deux sources de l'islam révélées par Allah, sur lesquelles reposent la foi et les actes d'adorations.

Quelqu'un pourrait se demander «Pourquoi est-ce important pour un nouveau converti d'en savoir plus sur le sujet?». D’abord, parce que connaître les informations de base augmente sa foi et sa confiance dans le fait qu’il est sur la bonne voie. Il a le sentiment que sa religion ne repose pas que sur de simples revendications, mais sur une révélation promise et préservée par Allah. Ensuite, parce qu'une personne dotée des connaissances de base risque moins d'être prise par d'éventuels doutes.

Allah dit:

« En vérité c'est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c'est Nous qui en sommes gardien ». (Coran 15:9)

Voyons comment cela a été préservé à travers les siècles.

Le Coran n’a pas été préservé ni transmis comme les autres textes religieux du monde. Il a été transmis principalement par mémorisation et par écrit, comme nous le montrerons.

Les Preuves de la Conservation du Coran par Écrit

À cette époque, il n'y avait pas d'imprimerie. Les livres devaient être écrits manuellement par des scribes spécialisés et faire une copie nécessitait un effort similaire. Le Coran a été dicté mot par mot et lettre par lettre par le Prophète lui-même à des scribes spécialisés. [1] Le Prophète est décédé en 632 après JC. Abou Bakr, le premier Calife de l‘Islam, rassembla ensuite les textes originaux des scribes dans un livre. Puis un peu plus tard, lorsque l'empire Musulman s'étendait de l’Est à l’Ouest, Othman, le gendre du Prophète et le troisième Calife, ordonna de fabriquer cinq exemplaires du [Coran] original et les a distribués dans toutes les régions du monde Musulman environ vingt ans plus tard.[2]

Aujourd’hui, nous avons trois manuscrits du Coran qui remontent au gendre du Prophète, le Calife Othman.

(1) Le Manuscrit de Samarkand situé à Tachkent, en Ouzbékistan. Il est écrit sur un parchemin de peau de gazelle. Selon le programme "Mémoire du monde", de l’UNESCO, branche des Nations Unies, «c’est la version définitive, connue sous le nom de Mushaf d’Othman, qui remplace toutes les autres versions ».[3]

M. von Denffer, un chercheur Allemand, écrit à propos du manuscrit:

« Ce peut être le manuscrit de l'Imam (nom utilisé pour désigner la copie conservée par Othman lui-même) ou l'une des autres copies réalisées à l'époque d'Uthman ». [4]

01.Preservation_of_the_Holy_Quran_001.jpg

Figure 1 Ce manuscrit, détenu par le Conseil musulman d'Ouzbékistan, est la plus ancienne version écrite du Coran. C'est la version définitive, connue sous le nom de Mushaf d'Othman, remplaçant toutes les autres versions. Image prise avec l'aimable autorisation du Registre de la Mémoire du monde, de l’UNESCO.

01.Preservation_of_the_Holy_Quran_002.jpg

Figure 2 Le Coran d'Othman dans son coffre-fort à la façade en verre. Image prise avec l'aimable autorisation du Registre de la Mémoire du Monde, de l’UNESCO.

(2) Le musée du Palais de Topkapi. [5]

(3) Le troisième manuscrit est conservé à la Mosquée d’Al-Hussein, au Caire, en Égypte, et est visible ci-dessous.

01.Preservation_of_the_Holy_Quran_003.jpg

Figure 3 Un ancien manuscrit du Coran à la Mosquée d’Al-Hussein, au Caire, en Égypte. Image prise avec l'aimable autorisation de http://www.islamic-awareness.org.

M. von Denffer écrit à son sujet:

« ... il est fort possible qu'il ait été copié du Mushaf d'Othman ». [6]

Conclusion

Il est préférable de conclure cette partie par les remarques de M. von Denffer:

«En d'autres termes, deux des copies du Coran qui avaient été rédigées à l'époque du Calife Othman sont toujours disponibles et leur texte et leur agencement peuvent être comparés par tous ceux qui le veulent, avec toute autre copie du Coran, qu’elle soit en version imprimée ou manuscrite, à partir de n’importe quel lieu ou période. Elles seront identiques ». [7]

Les Preuves de la Conservation par Mémorisation du Coran

Allah a rendu le Coran facile à mémoriser:

« En effet, Nous avons rendu le Coran facile pour la méditation. Y a-t-il quelqu'un pour réfléchir? ». (Coran 54:17)

La facilité avec laquelle le Coran est mémorisé est inimitable. Il n'y a pas un livre ni un texte religieux dans le monde qui soit aussi facile à mémoriser, même les non-Arabes apprennent facilement le Coran par coeur. Nous trouvons rarement des gens qui ont mémorisé toute la Bible, alors que le Coran tout entier est mémorisé par presque tous les savants de l’Islam et des millions de Musulmans ordinaires, génération après génération. Presque chaque Musulman a mémorisé une partie du Coran pour la lire dans ses prières. Les étapes suivantes sont traditionnellement suivies pour apprendre le Coran:

Premièrement, le Coran est mémorisé par un enfant, des hommes et des femmes, à un âge relativement jeune. Le processus prend généralement de 2 à 4 ans.

Deuxièmement, il ne suffit pas de mémoriser le Coran. Le Coran n'est pas juste des mots, il aussi a règles de récitation et du sens. Le Coran doit être lu exactement de la manière dont il a été lu par le Prophète d’Allah il y a de cela 1400 ans. Il doit être récité de la façon dont il a été révélé par Allah. Ceci est accompli par une tradition inébranlable de 1400 ans de maîtrise des règles de la récitation (tajweed) des mains d'un maître qui a acquis à son tour ses connaissances de son professeur, une "chaîne ininterrompue" qui remonte au Prophète d'Allah. Le processus prend généralement de 3 à 6 ans. Une fois que la maîtrise [des règles de la récitation du Coran] est obtenue et que la récitation [du Coran] est sans erreurs, la personne concernée se voit accorder une licence formelle (ijaza) certifiant qu'elle a maîtrisé les règles de récitation et peut maintenant réciter le Coran tel que récité par Muhammad, le Prophète Allah.

A.T. Welch, un orientaliste non musulman, écrit:

« Pour les Musulmans, le Coran est bien plus qu’un livre ou une littérature sacrée au sens occidental habituel. Au cours des siècles, sa principale signification pour la vaste majorité a été sa forme orale, la forme sous laquelle il est apparu pour la première fois, comme la «récitation» récitée par Muhammad à ses compagnons pendant environ une vingtaine d'années… Les révélations ont été mémorisées par certains des compagnons de Muhammad de son vivant, et depuis la tradition orale ainsi établie a une histoire continue, d’une certaine façon, indépendante et supérieure au Coran écrit… Au cours des siècles, la tradition orale de tout le Coran a été maintenue par des récitants professionnels (kurra). Jusqu'à récemment, la signification du Coran récité a rarement été pleinement comprise en Occident ». [8]

Non seulement les mots du Coran ont été préservés, mais les règles originales de sa récitation ont également été préservées. Aucun autre texte religieux n'a été préservé de la même manière, une affirmation que tout lecteur peut vérifier par lui-même. Ainsi, le Coran est inimitable dans son mode de conservation au cours des siècles, tel que prophétisé et promis par Allah Lui-même.

01.Preservation_of_the_Holy_Quran_004.jpg

Figure 4 Il s’agit d’une licence typique (ijaza) délivrée à la fin du perfectionnement de la récitation du Coran du récitant certifiant la chaîne ininterrompue d’instructeurs remontants au Prophète de l’islam. L'image ci-dessus est le certificat ijaza de Qari Mishari bin Rashid al-Afasy, récitant bien connu du Koweït, délivré par le cheikh Ahmad al-Ziyyat. Image prise avec l'aimable autorisation de http://www.alafasy.com.

Commentaire



Notes de bas de page:

[1]‘Ulum al-Quran’ écrit par Ahmad von Denffer, un chercheur allemand, p. 43

[2]Pour une analyse approfondie, veuillez vous reporter à l'excellent travail du chercheur de l'Université d'Oxford intitulé «Histoire du Coran, de la Révélation à la Compilation: Étude Comparée de l'Ancien et du Nouveau Testament», écrit par Dr. Mustafa al-Azami.

[3] http://www.unesco.org.

I. Mendelsohn, « La Copie du Coran Samarkand kufic de l'Université de Columbie », Le Monde Musulman, 1940, p. 357-358.

A. Jeffery et I. Mendelsohn, « L'Orthographe du Manuscrit du Coran Samarkand », Journal de La Société Américaine Orientale, 1942, volume 62, p. 175-195.

[4]‘Ulum al-Quran’ écrit par Ahmad von Denffer, p. 63.

[5]Le site du musée est http://www.ee.bilkent.edu.tr/%7Ehistory/topkapi.html

[6]‘Ulum al-Quran’ écrit par Ahmad von Denffer, p. 62.

[7] ‘Ulum al-Quran’ écrit par Ahmad von Denffer, p. 64.

[8]L’Encyclopédie de l’Islam, «Le Coran dans la Vie et la Réflection Musulmanes».

Quiz & Navigation Rapide
Outils de leçon
Faible Meilleur
Échoué! Réessayez plus tard. Merci pour votre évaluation.
Laissez-nous un commentaire ou une question

Commentez cette leçon: Préservation du Coran

Les champs marqués d'un astérisque (*) sont obligatoires.

Vous pouvez faire une demande en direct via le chat disponible ici.