Langues

Niveaux

Aide en direct via le chat

 

A propos de ce site

Bienvenue sur le nouveau site New Muslims eLearning. Fait pour les nouveaux convertis musulmans qui voudraient apprendre leur nouvelle religion d'une manière simple et ordonnée. Les leçons ici sont organisées en niveaux. Commencez donc par la leçon 1 du niveau 1. Etudiez-la puis répondez à son quiz. Après l'avoir passée, allez à la leçon 2 et ainsi de suite. Meilleurs vœux.

Commencer ici

Il est fortement recommandé de vous inscrire afin que les notes et les progrès du quiz soient sauvegardés. Alors d'abord inscrivez-vous ici, puis commencez par la leçon 1 sous le niveau 1 et à partir de là, passez à la leçon suivante. Étudiez à votre aise. Chaque fois que vous revenez sur ce site, cliquez simplement sur le bouton "Emmène-moi où je suis arrivé" bouton (disponible uniquement pour les utilisateurs enregistrés).

Les manières du Prophète Muhammad (partie 1 sur 2)

Description: Deux leçons sur le comportement et la vertu du Prophète Muhammad avant et après qu’Allah n'en ait fait un Prophète.

ParImam Kamil Mufti (© 2016 NewMuslims.com)

Publié le23 Jun 2019 - Dernière modification le10 Aug 2016

Imprimé: 2 - Envoyé: 0 - Vu: 151 (moyenne quotidienne: 1)

Catégorie: Leçons > Le Prophète Mouhammad > Sa Biographie


Objectifs

·       Se convaincre que le Prophète Muhammad était un exemple à suivre pour tous les êtres humains.

·       Apprendre quel était son comportement avant qu'il ne soit fait Prophète par Allah.

·       S'instruire au sujet de l'honnêteté et de la patience du Prophète Muhammad.

Mots arabes

·       Amine - digne de confiance.

·       Sadiq - véridique.

Avant qu'il ne soit Prophète

Morals-of-Prophet-part-1.jpgBien avant de recevoir la révélation, le Prophète était une personne digne de confiance et honnête: il n'avait jamais trahi personne, ni n'avait menti ou trompé quiconque. En effet, il était connu des gens sous le surnom de ‘Al-Amine’, ou ‘le Digne de Confiance’ et ils lui confiaient leurs objets de valeur quand ils voulaient voyager. Il était aussi connu sous le surnom de ‘As-Sadiq’ ou ‘le Véridique’ car il n’avait jamais menti. Il était bien éduqué, parlait bien et aimait aider les autres. Son peuple l'aimait et le respectait et il avait de belles manières.  Avant de devenir Prophète, il ne buvait pas d'alcool, n'adorait pas de statue ou d'idole ni ne prêtait serment par elles.

Après être devenu Prophète

Allah dit:

“Et tu es certes, d'une moralité éminente.” (Coran 68:4)

Le Prophète Muhammad (Qu’Allah le couvre d’éloges et le protège) était un exemple à suivre pour tous les êtres humains. Sa femme Aïcha fut interrogée une fois sur son comportement et elle répondit:

“Son comportement était le Coran.”

Ce qu'elle signifiait, c'est que le Prophète se conformait aux lois, aux commandements et aux interdits du Coran. Il dit d'ailleurs au sujet de lui-même:

“Allah m'a envoyé afin de perfectionner les bonnes vertus et faire de bonnes oeuvres.”[1]

Anas, le fils de Malik, a été son serviteur pendant dix ans. Il passait avec lui toute la journée et connaissait bien ses manières. Anas l'a décrit en disant:

“Le Prophète n'a jamais injurié qui que ce soit, n'a été impoli envers quiconque et n'a jamais maudit personne. S'il voulait réprimander quelqu'un, il disait: 'Qu'est-ce qui ne va pas chez lui, que la poussière soit jetée sur sa figure!’”[2]

L'honnêteté et la loyauté

Le Prophète Muhammad était connu pour son honnêteté. Les païens de La Mecque, qui lui étaient ouvertement hostiles, lui confiaient leurs objets de valeur, car à l'époque il n'existait pas de banques. Son honnêteté a été mise à l’épreuve lorsque les païens de La Mecque l’ont persécuté et torturé et chassé de chez eux ses compagnons. Il ordonna alors à son cousin Ali de reporter de trois jours sa migration vers Médine afin de rendre aux gens leurs objets de valeur.

Un autre exemple de son honnêteté se vit clairement lors de la Trêve de Hudaibiyah[3]. Les termes du traité étaient que tout homme qui quittait le Prophète ne lui sera pas rendu, mais que tout homme qui quittera la Mecque leur sera rendu. Un homme nommé Abou Jandal réussit à échapper aux païens de La Mecque et à rejoindre le Prophète. Les païens demandèrent alors au Prophète Muhammad d’honorer sa promesse et de rendre cet homme. Le Messager d'Allah dit:

“Ô Abou Jandal!  Sois patient et demande à Allah de t'accorder la patience. Allah t'aidera certainement, aidera ceux qui sont persécutés et leur facilitera leur tâche. Nous avons conclu un accord avec eux, et certes, nous ne trahissons pas et ne faisons pas preuve de perfidie.”[4]

La patience et la tolérance

Anas dit:

“Une fois, je marchais avec le messager d'Allah alors qu'il portait un manteau yéménite ayant un col à bord rugueux. Un bédouin le saisit fermement, et regardant du côté de son cou, je vis que le bord de la cape lui avait laissé une marque. Le Bédouins dit: 'O Muhammad! Donne-moi (un peu) de la richesse d'Allah que tu possèdes. 'Le Messager d'Allah se retourna vers les Bédouins, sourit et ordonna qu'on lui donne (un peu d'argent).”[5]

L’histoire du rabbin juif Zaid bin Sa’na est un autre exemple de sa patience. Zaid avait fait un prêt au Messager d'Allah et raconte ce qui suit:

“Deux ou trois jours avant le remboursement de la dette, le Messager d'Allah assistait aux funérailles d'un homme des Ansar. Abou Bakr, 'Umar, Uthman et quelques autres compagnons étaient avec lui. Après avoir accompli la prière mortuaire, il s'assit près d’un mur. Je m'approchai de lui, je le saisis par le bord de son manteau, je le regardai avec sévérité et lui dis: 'Ô Muhammad! Ne vas-tu pas me rembourser mon prêt? Je ne connais pas une seule fois où la famille d’Abdul Muttalib tarda à rembourser ses dettes!’

Je regardai 'Umar ibn Al-Khattab - dont les yeux étaient gonflés de colère! Il me regarda et dit: 'Ennemi d’Allah, te comportes-tu de la sorte envers lui?! Par Celui qui l'a envoyé muni de la vérité, n'était-ce la crainte de ne pas entrer au Paradis, je t'aurais décapité avec mon sabre!'. Le Prophète regarda 'Umar avec calme et sérénité et dit: 'Ô Umar, tu aurais dû nous donner des conseils sincères plutôt que de faire ce que tu as fait! Ô 'Umar, va lui rembourser son emprunt et donne-lui un supplément pour lui avoir fait peur!’”

Zaid dit ensuite: "'Umar vint avec moi, remboursa ma dette et me donna en plus vingt sa’a[6] de dattes.  Je lui demandai: ‘Qu'est-ce cela?’ Il me répondit: ‘Le Messager d'Allah m'ordonna de te le donner parce que je t'ai effrayé.' Zaid demanda alors à 'Umar: 'Ô 'Umar, sais-tu qui je suis?' : 'Non, je ne sais pas - qui es-tu?' Zaid dit: 'Je suis Zaid ibn Sa'nah.' Umar demanda: 'Le rabbin?' Zaid répondit: 'Oui, le rabbin.' 'Umar lui demanda alors: 'Pour quelle raison as-tu dit au Prophète ce que tu lui as dit et fait ce que tu lui as fait?' Zaid répondit: 'Ô 'Umar, j'ai vu tous les signes de la prophétie sur le visage du Messager d'Allah sauf deux - (le premier) est que sa patience et sa persévérance précèdent sa colère et le second est que, plus tu es rude avec lui, plus il est gentil et patient, et je suis maintenant satisfait. Ô 'Umar, je te prends comme témoin que j'atteste avec conviction qu'il n'y a pas de vrai Dieu digne d'être adoré excepté Allah seul, que ma religion est l'islam et que Muhammad est mon Prophète. Je te prends également pour témoin que la moitié de ma richesse - et je suis parmi les personnes les plus riches de Médine, je la donne aux musulmans pour Allah.' 'Umar dit: 'Tu ne pourras pas distribuer ta richesse à tous les musulmans, dis alors: 'Je vais la distribuer à certains des disciples de Muhammad.'"Zaid et 'Umar  retournèrent auprès du Messager d'Allah. Zaid lui dit: "J'atteste qu'il n'y a pas de vraie divinité digne d'être adorée excepté Allah seul, et que Muhammad est le serviteur et le Messager d'Allah." Il crut en lui et assista à nombreuses batailles avant de mourir lors de la Bataille de Tabuk alors qu’il affrontait l’ennemi - qu’Allah lui fasse miséricorde.[7]

Un excellent exemple manifeste de son pardon et de sa tolérance est lorsqu'il pardonna aux habitants de La Mecque après la prise de celle-ci. Quand le messager d'Allah rassembla les gens qui l'avaient maltraité, offensé et torturé, ainsi que ses compagnons, et les avaient chassés de la ville de La Mecque, il dit:

“Que pensez-vous que je vais faire de vous?". Ils répondirent: "Tu ne feras de nous que ce qui nous est favorable, tu es un frère gentil et généreux, et un neveu gentil et généreux!". Le Prophète dit alors: "Partez, vous êtes libre de faire ce que vous voulez.”[8]



Notes de bas de page:

[1] Sahih Al-Bukhari

[2] Sahih Al-Bukhari

[3] Hudaibiyah est un lieu situé hors de la Mecque.

[4] Baihaqi

[5] Sahih Al-Bukhari

[6] C'est une ancienne mesure arabe de volume.

[7] Ibn Hibban

[8] Baihaqi

Outils de leçon
FaibleMeilleur  Notez le
| More
Laissez-nous un commentaire ou une question

Vous pouvez faire une demande en direct via le chat disponible ici.